Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des 115 000 entreprises de la Métropole

Fask Academy recherche ses talents

Basée dans les quartiers Nord de Marseille, la Fask Academy ouvrira ses portes d’ici ce mois de novembre et dans cette optique, est entrée en processus de recrutement de ses futurs apprenants. Objectif : permettre à 15 jeunes de se former à la couture « flou ».
  • #FORMATION
  • #EMPLOI
  • #INDUSTRIE
  • formation textile
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Mardi 28 septembre 2021

    Elle est plus que sur les rails. La Fask Academy, premier établissement labellisé « Ecole de production » sur le territoire régional par la Fédération nationale éponyme (et première de ce nom en France à former aux métiers du textile !), ouvrira ses portes en novembre prochain. Dans cette optique, elle entend recruter 15 jeunes, âgés de 15 à 18 ans, lesquels suivront gratuitement sur deux ans le cursus CAP métiers de la mode – vêtement flou. Pas de prérequis pour cela, « hormis la motivation », avance son président Jocelyn Meire. Et l’envie de toucher la matière, de se former de façon très pratique à ces savoir-faire, pour devenir opérateur en atelier de production. 


    Une dizaine d’entreprises engagées

    Quinze, c’est une petite promotion permettant de « pratiquer le sur-mesure en matière de pédagogie », ce dans les locaux de la Fask Academy, sis à Marseille dans le Parc Eiffel des Aygalades, rue Capitaine Gèze. Soit  640 m2 de surface dédiés aux enseignements pédagogiques mais surtout, « 150 m2 d’atelier de production en open space équipés d’une quarantaine de machines industrielles, piqueuses, surjeteuses, brodeuses, repasseuses professionnelles, tables de coupe... » 
    Un beau terrain de jeu pour ces futures recrues, formées ainsi selon la philosophie propre aux écoles de production : la pédagogie par l’action. Du concret, donc, puisque les apprenants seront chargés de la confection pour le compte d’entreprises implantées tant régionalement qu’au national. C’est même sur cette activité de confection/vente que repose un tiers du modèle économique de l’Ecole. A ce jour « près d’une dizaine d’entreprises locales ont déjà formalisé leur engagement à l’écrit » et déclaré souhaiter faire appel aux compétences de la Fask Academy.  


    Relocaliser les savoir-faire

    D’ici quatre ans, l’école accueillera quatre promotions de 15 apprenants en simultané, soit ceux en première et deuxième année de CAP, mais aussi de brevet professionnel. En termes de développement Fask Academy « ne s’interdit rien, ni sur le plan horizontal, ni sur le plan vertical ». A savoir, qu’elle pourrait diversifier les cibles d’apprenants et adresser ses formations aux adultes. Mais aussi, lancer d’autres cursus, par exemple en bijouterie et en chaussure.
    Ce faisant, Fask Academy participe à la relocalisation de la production textile, ainsi qu’à la création de nouvelles compétences en la matière sur le territoire. Et il y a urgence. «On ne le sait pas forcément, mais il existe bel et bien des ateliers de confection localement, et ils peinent à recruter. Conséquence, certains refusent parfois du business car ils ne sont pas en mesure d’y faire face ! » Difficultés qui ne devraient être bientôt qu’un lointain souvenir. A l’heure où le consommateur se tourne vers le made in France, c’est heureux.

     

    Crédit photo: RUBIKLE