Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des 115 000 entreprises de la Métropole

La Chambre engagée aux côtés de Villa Air-Bel

Signataire d’une convention de partenariat le 16 juin dernier avec l’association Villa Air-Bel, la CCIAMP s’impliquera dans un projet à visée économique, culturel et social destiné à faire rayonner, au national comme à l’international, ce quartier du 11ème arrondissement de Marseille.
  • #ATTRACTIVITÉ
  • #ÉCONOMIE
  • #ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS)
  • #CULTURE
  • La Chambre engagée aux côtés de Villa Air-Bel
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Jeudi 17 juin 2021

    C’est un projet transverse à plusieurs volets, non seulement économique mais aussi culturel et social, et la Chambre a décidé de le soutenir. Voilà pourquoi Jean-Luc Chauvin a signé ce 16 juin une convention de partenariat avec Bernard Mossé, Président de Villa Air-Bel, association visant la redynamisation du quartier éponyme. « Quand ce dernier est venu présenter son projet, nous nous somme vite aperçus que son objet s’inscrivait pleinement dans les missions de la Chambre. A savoir soutenir les entreprises et les porteurs de projets, accompagner le territoire afin qu’il soit business friendly et enfin, former, transmettre au sens large », explique le président de la CCIAMP, ajoutant qu’il s’agit du « bon timing pour cela ». En effet, la Métropole vient tout juste d’approuver, il y a quelques jours, la convention du Nouveau Programme National du Renouvellement Urbain Air-Bel. 

     

    Mobiliser une jeunesse multiculturelle

    Mais en quoi consiste précisément le projet défendu par cette association ? « Il s’agit de créer un pôle culturel valorisant la mémoire du Musée de la Villa Air-Bel, une histoire d’art et de résistance durant la Seconde Guerre mondiale », revient Bernard Mossé. Car le lieu a effectivement, sous l’impulsion du journaliste américain Varian Fry, abrité nombre de figures de l’intelligentsia de l’époque. Soutenu financièrement par l’entrepreneure Peggy Guggenheim, et sur un plan plus administratif par le vice-consul des Etats-Unis Hiram Bingham, qui délivra des visas en nombre, il permit à près de 2000 artistes exilés, persécutés par les Nazis, de trouver asile outre Atlantique. « Déjà à l’époque, Marseille était une capitale européenne de la culture », observe Bernard Mossé. Et le projet qui naît aujourd’hui redonnera immanquablement du lustre à ce quartier dont « les forces vives sont sous-employées, car sous-estimées ». Forces vives qui pourtant, constituent de véritables ressources, avec 45% d’habitants de moins de 25 ans. Ainsi mobiliser cette jeunesse multiculturelle, c’est « un devoir ». L’association compte le faire non seulement via un volet citoyen, puisque AMU, via l’institut SoMum, s’impliquera dans la création d’un Lab Citoyenneté. Mais aussi en œuvrant sur la question de l’emploi et de la formation autour des arts urbains et des métiers de la culture avec l’INSEEAM. Elle impulsera enfin la réimplantation d’activités économiques, « une nécessité pour Air-Bel, qui a vu tous ses commerces fermer ».

     

     
    La CCIAMP, investie sur le volet économique

    Ainsi, comme au temps de Varian Fry, qui a vu les mondes associatif, économique et institutionnel s’unir, le projet de Villa Air-Bel entend aujourd’hui initier une mobilisation concertée entre ces mêmes acteurs. Outre l’INSEEAM et SoMuM, la fondation Guggenheim figure également parmi les partenaires du projet. Tout comme la CCIAMP, qui a donc elle aussi répondu présent. Elle se posera comme l’interlocuteur du monde économique auprès de l’association, sensibilisera les entreprises et réalisera enfin étude de marché et analyse programmatique, ce pour le développement d’un tiers-lieu et du pôle d’attractivité sur ce site, niché dans le 11ème arrondissement de la Ville. « Mais au-delà de ce secteur, Villa Air-Bel sera bénéfique pour toute la partie Est de la Ville », conclut Jean-Luc Chauvin.