Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des 115 000 entreprises de la Métropole

L’Anse de la Réserve fait port neuf

Un million d’euros : c’est le montant des investissements mis sur la table par la CCIAMP depuis deux ans pour mettre en conformité le Port de l’Anse de la Réserve, dont elle a obtenu la Délégation de Service Public en 2018. Cet investissement a par ailleurs été complété par le près d’un million d’euros investi par Christian Ernst pour la rénovation du Restaurant du Rowing Club. Un prélude nécessaire afin d’en faire un véritable village de plaisance qui se projette vers l’avenir, dans le sillage des JO de 2024.
  • #PORT DE L'ANSE DE LA RÉSERVE
  • #PLAISANCE
  • #JO 2024
  • L'Anse de la Réserve fait port neuf
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Jeudi 15 avril 2021

    Deux ans de DSP et déjà, des avancées non négligeables. C’est en effet pas moins d’un million d’euros que la CCIAMP, gestionnaire depuis 2018 du Port de l’Anse de la Réserve, a mis sur la table pour « sécuriser, renforcer, embellir » ces infrastructures. Ainsi, « les engagements pris ont été tenus, à savoir maintenir les activités et les investissements malgré le contexte », appuie le président Jean-Luc Chauvin. Qui plus est, tout cela « a été réalisé sans pénaliser les plaisanciers, pour garder l’âme de la plaisance marseillaise, ouverte à tous ».

     

    Ainsi au pied du Pharo salue-t-on ce volontarisme. « Le montant d’investissement de ces deux ans est égal à celui des 20 années précédentes », note Jérôme Giraud, directeur général du port. Une enveloppe pour réaliser des travaux de trois ordres : « les vitaux axés sur la mise aux normes, ceux de confort et de modernité et enfin, des aménagements pour être plus durable », poursuit-il, avec notamment la création d’une mini-déchetterie. Dans la logique de cette onde verte, un dossier été déposé pour l’obtention de la certification européenne Port Propre.  

     

    Effet de levier

      

    Preuve que le cercle vertueux est de mise, un euro public a su générer un euro privé. Le chef et exploitant du restaurant du Rowing Club, Christian Ernst, a en effet engagé lui aussi un million d’euros afin de rénover son établissement. « On a réussi à créer avec la Chambre un projet où il s’affirme à part entière car auparavant, il s’agissait d’un restaurant de club sans existence réelle, vu qu’il n’y avait pas la possibilité d’investir ». Au final, travaux de mise aux normes, aménagement des espaces et autres embellissements redonnent ses lettres de noblesse à la bâtisse, conçue par l’architecte Bernard Tarrazi voilà 60 ans. « Nous sommes allés le chercher pour rénover le lieu sans dénaturer son esprit d’origine ».

     

    Mais tout ne s’arrête pas là. Maintenant que le port se trouve en conformité, il s’agit de le « faire progresser afin qu’il devienne un vrai village de plaisance dans l’optique de 2024. Pour cela, il faut être capable de fédérer », reprend Jean-Luc Chauvin.

     

     

    Jouer collectif

     

    L’intelligence collective est bel et bien au rendez-vous, illustre Joël Heisserer, président de l’UNM. « Depuis cette nouvelle organisation, nous n’avons eu de cesse de nous inscrire dans une dynamique positive, et on l’a vérifié dans cette période de crise, avec l’organisation de deux régates historiques et d’un championnat d’Europe de la classe L30 avec une clientèle de haut niveau international ». 2021 se poursuivra dans cette ligne, assure le président : « on est prêts pour tous les rendez-vous, on reste en lien avec l’ensemble des partenaires ».

     

    L’écosystème le vaut bien. « Des sportifs de haut niveau s’entraînent ici », rappelle Rémy Taranto, président du Rowing Club lui-même rameur maintes fois médaillé, évoquant Marie Riou et Benjamin Schwartz, utilisateurs des nouvelles installations. Ou citant la création du Cram, Comité des régates d’aviron de Marseille, moteur dans « l’organisation du premier championnat de France de Beach Rowing ». Ainsi donc, « à trois ans des JO, il est temps d’accélérer pour faire de ce rendez-vous un événement inoubliable », insiste Jean-Luc Chauvin.

     

    Légende (De gauche à droite) : Rémy Taranto, président du Rowing Club de Marseille ; Jérôme Giraud, directeur général du Port de l'Anse de la Réserve ; Jean-Luc Chauvin, président de la CCI  métropolitaine Aix-Marseille-Provence ; Christian Ernst, exploitant du restaurant du Rowing Club ; Joël Heisserer, président de l'Union Nautique Marseillaise.

     

    A lire : 

     

    Tribune de Jean-Luc Chauvin "Cap sur les JO 2014 : le monde économique sera au rendez-vous"