Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer
1er accélérateur des 134 000 entreprises de la Métropole

Learning Expedition au CES 2023 : une réussite porteuse de promesses

Grâce à la TEAM France Export, la CCI Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’appui de la CCIAMP, six entreprises ont pris part à une « Learning Expedition » pour découvrir le « Consumer Electronic Show » (CES) de Las Vegas, aux Etats-Unis, salon mondial des technologies électroniques grand public. Chacune a collecté de nouvelles perspectives, à mettre à profit désormais pour croître !
  • #CES LAS VEGAS
  • #INNOVATION
  • #TECHNOLOGIE
  • #INTERNATIONAL
  • #ENTREPRISE
  • CES Las Vegas 2023
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Imprimez
    Jeudi 12 janvier 2023

    Tenu du 5 au 8 janvier à Las Vegas, le CES 2023 a accueilli 3 200 exposants venus de 173 pays et 115 000 visiteurs curieux de découvrir leurs innovations. Parmi eux, pour la première fois, six entreprises régionales ont été associées à une « Learning Expedition » afin d’explorer comment y promouvoir leurs solutions, évaluer l’intérêt de participer à des salons internationaux, nouer des contacts et apprendre à se distinguer dans la masse d’offres proposées. Leurs témoignages attestent de la pertinence de cette « Learning Expedition ». 


    Formation et relations accélérées

    Fondateur en février 2022 et dirigeant à Marseille d’Hydro Ecotech qui a mis au point différentes solutions de dépollution des moteurs thermiques diesel et essence (poids lourds, bus, bennes à ordures, tracteurs, véhicules particuliers…) et industriels, de réduction de leurs émissions et de leur consommation et d’augmentation de leurs performances, Jacob Makhtabi confie avoir engrangé des contacts et propositions dans divers pays (Etats-Unis, Canada, Suisse, Corée du Sud, Turquie, Arabie Saoudite…) mais aussi avec des acteurs français pour déployer son réseau. Des essais sont même prévus pour éprouver le concept avec des partenaires financiers potentiels à New York. « Notre savoir-faire séduit car réduire la pollution ou la consommation des véhicules est devenue une préoccupation partout dans le monde, explique-t-il. Nous préparons d’autres innovations, nous déposons des brevets… Nos interlocuteurs sont sensibles à notre garantie de résultat ». 


    A la tête à Aix-en-Provence d’Objectif 7, bureau d’étude et de conseil de 12 collaborateurs dans l’optimisation énergétique de bâtiments et habitations, Quentin Vernet se réjouit d’avoir été mis dans les meilleures conditions en amont de l’opération et sur place. « Je m’étais renseigné sur les éditions précédentes pour cibler quelle typologie de clients je pouvais espérer atteindre, mais le programme opérationnel mis en place avec la CCI et Emotic pour préparer la Learning Expedition, avec des visios, des exercices, a permis d’entrer immédiatement dans le vif du sujet avec des rendez-vous fixés le 1er jour. Il y a un réel attrait pour les technologies françaises et la synergie entre la French Tech et la CCI joue pleinement. Nous avons ainsi été conviés à une conférence de presse alors que ce n’était pas prévu. C’est extrêmement formateur. Pour notre ambition de développement à l’international, nous avons pu mieux situer la culture américaine par rapport à nos prestations. Cette émulsion intellectuelle va nous aider à bien nous positionner ». 


    L’ouverture à d’autres perceptions, Stéphane Daumillare, créateur en mai 2022 de Visus Technology, l’a également mesurée. Sa société de 5 personnes (bientôt 7) a conçu la plateforme Lycaon pour estimer le potentiel d’un bien immobilier et l’évolution de sa valeur sur dix ans. « Nous avions donné un coup d’accélérateur pour que notre prototype, appliqué à Marseille, soit viable pour le CES, afin d’en évaluer son intérêt ailleurs, notamment pour fonctionner aux Etats-Unis. Nous avons rencontré des personnalités importantes, pu exposer notre approche auprès de médias américains, les relations sont très fluides au CES ! La « Learning Expedition » était remarquablement organisée sur la forme, la logistique, les coûts… Elle est vraiment un vecteur adapté pour défricher le terrain et se poser la question d’y retourner à l’avenir » précise Stéphane Daumillare, venu avec deux collaborateurs, avant de partir à Austin, au Texas, puis New York, conforter ses prospections. 


    Mieux cibler les attentes à l’échelle mondiale

    Spécialiste des accessoires immersifs dédiés à la réalité virtuelle (VR) depuis 2016, ProTube VR (13 salariés) engrange déjà 95% de son chiffre d’affaires à l’export, la majorité en Amérique du Nord. La « Learning Expedition » n’en avait pas moins d’attrait pour son dirigeant, Gauthier Carnat. « Nous intervenons principalement en BtoC, mais nous voulons croître en BtoB et cet événement est un levier pour échanger avec des clients, des fournisseurs, des partenaires qu’on connaît et détecter ceux qui émergent. Nous avions choisi de ne pas nous imposer un planning trop strict et nous avons bien fait : au gré de nos rencontres, nous avons été invités à des événements par des acteurs de premier plan qui ont engendré d’autres contacts… Pour nos projets, nous cernons mieux la potentialité de la demande. Maintenant, il va nous falloir quelques mois pour exploiter un carnet de coordonnées qui s’est bien étoffé ! ». 


    Dirigeant de Cloud Connecte, conceptrice de solutions de marketing interactif par QR Code, à Sophia Antipolis, Yann Le Solleu a rempli, lui aussi, son agenda avec cette première participation au CES. « Notre technologie qui mesure précisément la rentabilité d’une campagne média suscite beaucoup d’attrait sur le marché américain où pullulent les écrans géants, les camions avec écrans publicitaires, note-t-il. Les opportunités y sont nombreuses, la réglementation sur le recueil de données se montre également plus favorable. Nous songeons à nous doter d’un stand l’an prochain. La « Learning Expedition » est un premier pas pour accroître sa visibilité, mais il faut beaucoup travailler derrière pour relancer ses prospects. Le champ des possibles est fabuleux ! ». 


    Stofa Lakhlef, directeur du département Smart City de TPF-Ingénierie à Marseille, présent avec son président William Meynard, analyse, lui, les perspectives que leur visite au CES fait naître pour leur clientèle. « Nous étions dans une démarche proactive de détection des tendances et des innovations, de renforcement de nos expertises technologiques car, aujourd’hui, plus qu’avant le COVID, il existe une vraie convergence entre la vie de la cité et le développement durable, en particulier sur les solutions impliquant la préservation de l’eau, l’exploitation de l’hydrogène ou la mobilité autonome. J’ai noté l’exigence d’une qualité renforcée sur le traitement et la fiabilité de la donnée par l’intelligence artificielle. Dans notre rôle d’ingénierie, c’est indispensable de sourcer ces évolutions pour aider nos clients à faire leurs choix et tester la faisabilité grandeur nature des démos présentées avec leurs concepteurs et fabricants. Le CES est le lieu idéal pour faire son marché ! », conclut-il. 

    Nos dernières actualités