Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des 115 000 entreprises de la Métropole

Mieux comprendre la gouvernance ouverte

« Ouvrir sa gouvernance, de la start-up à l’ETI » : ce sera la thématique à l’ordre du jour le 1er décembre prochain au riality lab, de 9h à 10h30. Un rendez-vous proposé aux entrepreneurs du territoire par la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence en partenariat avec l'association Administrateurs Professionnels Indépendants Associés (APIA).
  • #ENTREPRISE
  • Apia gouvernance ouverte
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Vendredi 26 novembre 2021

    Oui, adopter une gouvernance ouverte et faire entrer dans son advisory Board des administrateurs indépendants s’avère être un véritable levier de croissance. Et non, il n’y a aucun risque à le faire. Ce message, c’est celui qu’entend faire passer Apia (Administrateurs professionnels indépendants associés) le 1er décembre prochain au riality lab, lors d’un rendez-vous proposé conjointement avec la CCI métropolitaine Aix-Marseille-Provence.

     

    Plus largement la structure y exposera tous les bienfaits de la gouvernance ouverte en faisant « partager l’expérience de chefs d’entreprise qui ont opté pour cette dernière. Nous accueillerons ainsi Michel Féraud, dirigeant de Provepharm (société pharmaceutique marseillaise enpasse de devenir une belle ETI internationale, NDLR), et Cécile Serrus, qui est à la fois membre élue de la Chambre, présidente d’Optimétrie et administratrice au sein de notre association. Tous deux témoigneront aux côtés du président national d’Apia, Michel Nicolas », détaille Olivier Diehl, président d’Apia Méditerranée.

     

     

    Une belle marge de manœuvre

    Ce sera ainsi l’occasion, pour la toute jeune délégation régionale créée en septembre dernier, de se faire connaître des entrepreneurs locaux. Le préalable pour recruter de nouveaux administrateurs et décrocher des mandats, puisque c’est aussi bien sûr tout l’intérêt de la rencontre.


    Et la marge de manœuvre est belle : le réflexe gouvernance ouverte ne s’est pas encore démocratisé à grande échelle sur le territoire, analyse le président. « Nous accusons un peu de retard localement, notamment parce que les PME en restent au cadre actionnarial, familial voire amical en la matière. Elles s’imaginent que les administrateurs indépendants sont réservés aux grands groupes et aux ETI ». Toutefois, Apia Méditerranée entend passer la vitesse supérieure : « nous sommes par exemple en discussion avec KEDGE BS pour ouvrir une chaire sur la gouvernance ouverte en 2022 ».

     

    Plus d’un atout

    Mais avant cela, l’échéance du 1er décembre permettra déjà aux entrepreneurs du territoire de poser toutes les questions qui les taraudent sur le sujet. « Ce sera le bon moment pour ça ! Nous souhaitons leur faire comprendre qu’il n’y a que des atouts à accueillir un administrateur indépendant. Cela fait sortir l’entrepreneur de l’isolement, lui permet d’éviter de possibles erreurs » grâce à ce regard extérieur synonyme d’accompagnement. Par ailleurs cela peut le pousser « à se positionner dans des domaines qu’il n’aurait pas forcément envisagé de prime abord. C’est exactement ce qui s’est produit au sein du groupe Daher, passé du transport/logistique à un des premiers constructeurs assembleurs aéronautiques et maintenant également dans l’industrie nucléaire. Tout cela, son dirigeant ne l’aurait pas envisagé sans administrateurs indépendants! » Un exemple inspirant s’il en est. Alors, tenté par la gouvernance ouverte ? L’invitation est lancée.

     

    Inscription et information

    Nos dernières actualités