Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des 134 000 entreprises de la Métropole

Des vœux économiques... et philosophiques

Les vœux du collectif Tous Acteurs se sont déroulés en ligne le 27 janvier avec près de 1 000 participants. Une cérémonie marquée par l’intervention de deux invités de marque, la philosophe de l’entreprise Julia de Funès et l’économiste Nicolas Bouzou. 
  • #COVID-19
  • #ÉCONOMIE
  • #ENTREPRISE
  • Des vœux économiques... et philosophiques
    Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
    Partagez par Email
    Imprimez
    Jeudi 28 janvier 2021

    Formule inédite que celle choisie par les 144 partenaires du collectif Tous acteurs à l’occasion de la cérémonie des vœux. Celle-ci s’est en effet déroulée en distanciel sur le thème « 2021, de nouveaux défis pour un nouvel élan ? ». L’économiste Nicolas Bouzou et la philosophe Julia de Funès sont intervenus sur le bilan de l’année écoulée, puis sur les perspectives pour 2021.

     

    Et force est de constater que les deux intervenants regardent plutôt sous un œil favorable les réactions des mondes politique et économique face à la crise. Une « adaptabilité de Bercy », évoque Nicolas Bouzou, des mesures qui ont permis de contenir le chômage et de limiter les faillites, celles-ci moins nombreuses qu’en 2019. Attention toutefois : « la France est le pays où l’endettement des entreprises a le plus augmenté ». Un aspect de l’intervention retenu par la présidente de la CPME13, Corinne Innesti, l’interrogeant sur ce « mur de dettes ». Nicolas Bouzou évoque, pour en sortir, la piste de la reprise par l’Etat d’une partie de ces dernières.

    Tout aussi optimiste, Julia de Funès voit cette crise comme « une période de rupture qui mène au progrès. Il faut parfois des sauts épistémologiques pour changer de paradigme ». Or 2020, c’est aussi « des innovations majeures, des entreprises devenues plus flexibles », un changement de point de vue sur le digital. Mais également, une intelligence d’action, une solidarité consolidée. « On invoque le collectif, mais il ne suffit pas d’un objectif commun pour l’être. Le collectif n’émerge qu’à la condition de la conscientisation d’une menace de son individualité. Un enseignement à tirer pour l’entreprise », observe-t-elle.

     

     

    Quid de 2021 ?

    Bref, les jalons sont posés pour entrer dans une nouvelle ère. Déjà à la faveur du télétravail, poursuit Julia de Funès, puisque ce dernier agit comme un transformateur. Une évolution bénéfique pour la philosophe, en ce qu’elle permet une désacralisation du travail, « devenant plus un moment qu’un lieu » ou encore, « plus un moyen au service de sa vie qu’une fin en soi ». Une partie de l’intervention qui n’a pas échappé à Jean-Luc Chauvin, évoquant un possible « développement plus harmonieux des territoires et une fin de la centralisation extrême », grâce au numérique. « Pour cela, il faudra des politiques publiques volontaristes », observe Nicolas Bouzou.

     

    Ce dernier se dit du reste « confiant à moyen terme », il regarde vers une « sortie de crise vaccinale ». Et ce, plus que vers l’abandon des mesures restrictives, qui entraînent selon lui parfois « davantage de récession ». Reculer pour mieux sauter, en somme, « pour un retour possible des trente glorieuses ». En effet, l’accroissement de la robotisation, des investissements dans la cybersécurité, du verdissement et des achats de matériel numérique pour les salariés pourraient se traduire en « gains de productivité, à horizon 5 ans ». Car « le temps de la reprise n’est pas encore arrivé, il sera plutôt pour 2022 », pose-t-il à Bruno Cagnol, président du Club Top 20, évoquant quant à lui la question du timing du plan France relance. Mais nombre d’artisans « disparaîtront avant la fin de la crise », soulève Monique Cassar, présidente de la délégation 13 de la CMA. L’économiste suggère en réponse le recours « à la commande publique. Les chambres des métiers peuvent émettre des propositions aux collectivités ». Faire preuve d’innovation. Un mouvement déjà adopté par le monde économique et un élan qui n’est pas près de s’essouffler.

     

    Pendant l'événement et en direct, Bruno Forand, médiateur et facilitateur graphique, a produit une fresque, inspirée des échanges (dessin en illustration de l'article). 

     

    Voici en vidéo la conception de cette réalisation pendant le live : 

     

     

    Nos dernières actualités