Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

1er accélérateur des 134 000 entreprises de la Métropole

Conjoncture métropolitaine Aix-Marseille-Provence

La conjoncture métropolitaine est une enquête trimestrielle réalisée par la CCI Aix-Marseille-Provence auprès de chefs d’entreprise, appelés à s'exprimer sur leur activité du trimestre, les perspectives et leurs préoccupations.

Partagez sur Facebook Partagez sur Twitter Partagez sur LinkedIn
Partagez par Email
Imprimez

Une photographie de la santé économique des entreprises du territoire métropolitain

Chaque trimestre, le point de vue des entrepreneurs est analysé au travers de plusieurs indicateurs. C’est aussi l’occasion d’aborder, avec eux, un sujet d’actualité.

 

 

Notre dernière enquête de conjoncture :

1er Trimestre 2022 - « Les chefs d'entreprise optimistes malgré les crises »

 

Conjoncture métropolitaine 1er trimestre 2022

 

Sommaire de l'enquête :

  • Activité du trimestre : une activité toujours positive en ce début d'année ;
  • Arrêt sur image : des chefs d’entreprise préoccupés par… et une image positive de la métropole qui se consolide ;
  • Tendance du 2e trimestre : des chefs d'entreprise optimistes mais une confiance limitée en l'avenir ;
  • Question d'actualité : l'impact de la guerre en Ukraine.

 

Découvrez l'ensemble des résultats en téléchargeant gratuitement l'enquête de conjoncture du 1er trimestre 2022.

 

Télécharger

Résumé de l'enquête :

402 chefs d’entreprise ont répondu à notre enquête portant sur leur activité du 1er trimestre 2022, avec un point d’actualité à la date d’enquête, soit du 20 avril au 20 mai 2022.

 

L’activité au 1er trimestre 2021 : un début d’année qui reste positif

  • L’activité du 1er trimestre reste dans la tonalité des trimestres précédents : 31% des chefs d’entreprise (vs 33% au 4e trimestre) constatent une hausse de leur activité ; contre 24% (vs 26% au 4e trimestre) qui enregistrent un recul. Soit un solde d’opinion de +7 points.
  • Après deux années très difficiles, les Hôtels-Cafés-Restaurants (HCR) progressent : 53% des répondants déclarent une hausse d’activité.
  • La construction, freinée par les difficultés d’approvisionnement enregistre un solde sur l’activité de -13 points et le commerce de détail, impacté par la baisse de la consommation des ménages présente un solde à -8 points.
  • En lien avec la situation inflationniste actuelle, les marges et les trésoreries peinent toujours à se reconstituer. L’investissement reste en retrait pour la construction et le commerce de détail.
  • Les préoccupations des chefs d’entreprise sont liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, mais aussi à la situation sanitaire, à la hausse des prix, à l’augmentation des coûts de l’énergie et des matières premières, aux élections, aux problématiques de recrutement.

 

Les perspectives au 2e trimestre : des chefs d’entreprise qui restent optimistes malgré une confiance moindre en l’avenir

Dans un contexte toujours difficile, le moral des chefs d’entreprise résiste : 26% d’entre eux prévoient une hausse d’activité au 2e trimestre, contre 18% un recul. Le secteur de l’hébergement-restauration est particulièrement optimiste, anticipant un bon début de saison, avec une progression attendue du chiffre d’affaires pour 57% d’entre eux. Seul le secteur commercial s’attend à une dégradation de l’activité.

Toutefois, la confiance des chefs d’entreprise en leur entreprise ou dans l’économie en général, s’effrite.

 

Guerre en Ukraine : 64% des chefs d’entreprise impactés 

  • La guerre en Ukraine impacte 64% des répondants à notre enquête, particulièrement dans les secteurs de la construction et de l’industrie. Les HCR devraient être moins impactés.
  • Les impacts sont majoritairement indirects, liés aux hausses des coûts de production, des prix des matières premières, des coûts de l’énergie, mais aussi aux difficultés d’approvisionnement en matières premières. L’impact sur le moral des ménages entraine par ailleurs un recul de la consommation.
  • 42% des chefs d’entreprise de notre panel ont augmenté leurs prix de vente de +12% en moyenne, particulièrement dans les secteurs de l’industrie, de la construction et du commerce, répercutant ainsi l’impact de la guerre.
  • Enfin, l’impact sur l’emploi semble limité : seuls 5% des chefs d’entreprise indiquent un impact fort à très fort, particulièrement dans le secteur de la construction.